– Pour se rendre à la cathédrale de Chartres le samedi de Pentecôte pour le départ du pèlerinage, vous avez 2 options : soit par vos propres moyens (train, voiture…) soit, le cas échéant, en prenant le car organisé au sein de votre région.

  • Par vos propres moyens :
    • En TER réguliers desservant la gare SNCF de Chartres (qui se trouve à 10 minutes à pied de la cathédrale). Les tickets sont à acheter en gare, par les pèlerins.

Départ de Paris Montparnasse

6h09 Direction Chartres

TER  62403

6h39 Direction Le Mans

TER 16753

Versailles Chantiers

6h25

6h54

Rambouillet

6h45

7H13

Arrivée  à Chartres

7h25

7h40

Pour obtenir des billets de groupe à partir de 10 passagers, adressez vous directement à la SNCF tant pour venir de province à Paris (www.oui.sncf) que pour prendre le TER de Paris à Chartres ( www.transilien.com).

  • En voiture : sur demande de la préfecture de Chartres, ne pas se garer aux abords directs de la cathédrale mais plutôt vers la place Châtelet pour ne pas encombrer les ruelles du vieux-centre.
  • En car organisé au sein de votre région :

Attention, toutes les régions n’organisent pas nécessairement un car. Dans ce cas, contactez une région organisatrice proche de chez vous.

Pour vous inscrire dans un car, contactez directement le responsable régional ou le prieuré organisateur.

Ci-dessous la liste des cars 2017 (sous réserve de modifications en 2018)

Télécharger (PDF, 38KB)

– Comment rejoindre le pèlerinage en cours de route ?

Reportez-vous à la page Itinéraire.

Nous conseillons à tous les pèlerins de prévoir pour les 3 jours :

  • un grand sac
  • un petit sac
  • une tente (sauf pour les enfants, adolescents et encadrants car des tentes collectives sont prévues pour eux).

Dans le grand sac (type sac à dos 70 litres ou grand sac de sport) : vos effets personnels de rechange et de toilette (prévoyez des affaires chaudes pour la nuit), petite pharmacie et pique-nique pour les jours à venir, sac de couchage et tapis de sol. Il est fortement conseillé de compartimenter toutes vos affaires dans des sacs en plastique étanches afin de les protéger en cas de pluie. Pour ne pas porter ce sac pendant la marche, déposez-le, avant le départ du pèlerinage, au pied des camions prévus à cet effet (ou à l’accueil si vous rejoignez le pèlerinage en cours de route). Ce grand sac sera acheminé jusqu’au bivouac où vous ne pourrez le récupérer que le soir, à votre arrivée. N’y laissez donc pas ce dont vous aurez besoin dans la journée.
Dans le petit sac (sac à dos léger), tout ce dont vous aurez besoin pour la journée : pique-nique du déjeuner (Rappel : pour les adultes, en prévoir un pour chaque midi / pour les enfants, en prévoir un uniquement pour le samedi midi), en-cas, gourde, chapeau, lunettes de soleil et crème solaire, k-way ou poncho pour la pluie et un chapelet. Enfin, votre portefeuille (nous ne pourrons pas être tenus responsables en cas de négligence de votre part à ce sujet).
Enfin une tente personnelle : n’envisagez pas de dormir à la belle ou sous une tente légère de type « abri » car vous ne seriez protégé ni de la rosée ni des éventuelles intempéries (neige rare mais pluie fréquente ! :))

Que vous arriviez en car, en train ou en voiture, avant de commencer le pèlerinage, il faut déposer votre grand sac et votre tente le cas échéant, près des camions prévus pour leur transport. C’est le premier point où passer absolument avant la messe de 07h45, car après ce sera trop tard ! Et votre sac ne pourra être pris en charge !

– Si vous arrivez en car le samedi matin,  une halte est prévue sur le parking des camions sacs.
– Si vous arrivez en train le samedi matin, rendez-vous aux camions sacs rue Charles Brune (à droite en venant de la gare SNCF).

– Si vous rejoignez le pèlerinage en cours de route, déposez vos affaires au stand Accueil Objets-trouvés et venez les récupérer à ce même stand, à la fin de la journée.

A la fin de la journée, pour récupérer vos affaires, rendez-vous à la “zone sacs” du bivouac.

– Le lundi de Pentecôte, pour des raisons de sécurité et de logistique, la récupération se fait après la messe de clôture du pèlerinage, Place Vauban.

La prise en charge de milliers de sacs et bagages est un défi difficile pour l’organisation. Pour nous aider à le relever et surtout pour vous permettre de retrouver facilement vos bagages, voici plusieurs consignes à respecter. Vous mettrez ainsi toutes les chances de votre côté !

  • Accrochez impérativement sur votre grand sac et votre tente, un ruban correspondant à la couleur de votre région de marche (ruban NON fourni par le pèlerinage). Il doit être bien attaché et bien visible.

Télécharger (PDF, 59KB)

En fin de journée, les sacs seront triés en fonction des couleurs pour les retrouver plus facilement.

  • Mettez vos nom, prénom (voire même n° de téléphone) sur toutes vos affaires : sacs, tapis de sol, duvet, sans oublier la tente car elles se ressemblent toutes !

Astuce : utilisez des étiquettes à bagages (à disposition dans toutes les gares SNCF). Pour le tapis de sol, écrivez dessus au marqueur.

  • Accrochez bien votre tapis de sol et votre duvet à votre sac pour ne pas qu’ils se détachent lors du chargement ou déchargement.
  • N’hésitez pas à “personnaliser” vos bagages grâce à un signe distinctif qui vous permettra de le repérer de loin et de le reconnaître parmi les rangées de centaines d’autres bagages. En effet, il n’est pas rare que des pèlerins se trompent de sac en confondant le leur avec un sac ressemblant… Si c’est votre cas, et si vous vous en apercevez rapidement, redéposez dans la zone sacs le sac qui n’est pas à vous. Sinon, apportez-le aux stand Accueil-Objets trouvés.

Une forme physique suffisante, la prudence quant à votre fatigue au long du chemin, un équipement adapté.
Si vous voulez profiter pleinement du pèlerinage et repartir serein, autant mettre toutes les chances de votre côté : il reste une vie après le pèlerinage !

  • Entraînez-vous à la marche (mais sans forcer) durant le mois qui précède
  • Arrivez sans accumulation de fatigue
  • Utilisez des chaussures de marche faites à votre pied (et non des chaussures neuves ou prêtées)
  • Et enfin, faites le plein de grâces en récitant la neuvaine préparatoire, 9 jours avant le pèlerinage.

Rassurez-vous !

L’organisation ne vous forcera pas à continuer à marcher jusqu’à ce que mort s’en suive !

Des haltes régulières de 15 à 20 minutes (toutes les deux heures) sont prévues, afin que vous puissiez vous reposer, boire et grignoter vos en-cas calmement. La pause déjeuner de plus d’une heure est aussi une coupure appréciable. Beaucoup de pèlerins mettent à profit la pause pour faire une sieste à l’issue du déjeuner. N’hésitez pas à les imiter.

Enfin le soir, respectez le couvre-feu et le silence ambiant et couchez-vous tôt.

Vous améliorerez nettement votre résistance en vous entraînant tout au long de l’année par des balades prolongées.

Vous pouvez mettre de l’élastoplaste aux pieds sur les points de frottement (d’où l’intérêt de s’entraîner pour localiser ces points avant le pèlerinage) et appliquer une crème anti-frottement de type NOK Akiléine (par exemple entre les orteils, sur la plante des pieds, l’entre-jambe…).

L’hydratation régulière, les sucres lents quelques jours avant et aux repas pendant le pèlerinage, les sucres rapides lors de la marche, un couvre-chef et des chaussures adaptées sont autant de « plus » qui vous feront franchir les étapes dans les meilleures conditions.

Enfin, si vous jugez raisonnablement ne pas pouvoir faire tous les kilomètres de la journée, arrêtez vous à l’un des multiples points de ramassage. Vous serez emmené en navette au bivouac du soir.

Prévoyez le même équipement que pour une randonnée de plusieurs jours avec hébergement sous tente. L’essentiel n’étant pas d’investir dans un matériel coûteux mais d’avoir ce dont vous avez réellement besoin. Portez surtout votre attention sur :

  • Les chaussures : chaque année des pèlerins n’achèvent pas ou achèvent leur parcours dans des conditions difficiles faute d’avoir fait suffisamment attention à ce qu’ils pensaient être un détail.
    Songez qu’il va vous falloir les supporter pendant trois jours. Elles doivent être un allié pour franchir ces 100 km, pas un obstacle de plus. Vous devez donc les avoir testées avant dans des conditions analogues (longues balades). Elles ne doivent pas vous serrer (pensez qu’avec la marche, les pieds gonflent), elles doivent avoir une semelle suffisamment épaisse (cela amortit le choc répété du pas sur le macadam qui se répercute dans la colonne vertébrale, créant une fatigue supplémentaire) et être imperméables car s’il pleut, vos pieds doivent rester au sec. Idéalement, prenez des chaussures de randonnée déjà faites à vos pieds. Certains préfèrent cependant les baskets pour la légèreté et l’amorti. En tout état de cause, réfléchissez et testez avant !
  • Les vêtements chauds et coupe-vent : après l’effort, le corps se refroidit vite et la fatigue aidant, vous pouvez vous révéler plus frileux qu’à l’habitude. Un vêtement chaud à portée de main est indispensable. Généralement un pull en polaire (alliant chaleur et poids ultra léger) se révèle un très bon allié. Pensez aussi à enfiler un vêtement qui puisse vous couper du vent (K-way ou poncho ou veste en Gore-Tex).

Les chapitres Enfants sont organisés de manière à ce que votre enfant soit parfaitement pris en charge avec un parcours, des méditations et des prières adaptés, des aumôniers et des encadrants spécifiques. Les animateurs dépendent de responsables qui recrutent chaque année les membres nécessaires et adéquats à cet encadrement. Vous pouvez proposer votre candidature à l’encadrement s’il reste des places disponibles et sous réserve de l’acceptation du responsable, seul habilité à gérer ses équipes et le nombre de ses bénévoles.

L’organisation de ces chapitres n’est pas prévue pour recevoir des familles. Pour ne pas surcharger en adultes ces groupes de prières et de marche spécifiques que sont les chapitres Enfants, nous ne pouvons donc pas accueillir de parents en dehors de l’encadrement.

Fermer le menu